• lire l'article v

Des Corses et leur grand-mère vous accueillent pour l’apéro

tchin-tchin | 19 Avril 2018

Gustave papillonne. Une passion succède à une autre, une nouvelle idée cannibalise une ancienne et son attention saute, telle une puce, entre hier et demain. Avec un peu de persistance, il pourrait pourtant accomplir deux, trois trucs. Comme les patrons de U Mulinu, délicieuse adresse corse qui a vraiment de la suite dans les idées.

Ils viennent d’ouvrir A Machina, nouveau spot convivial aux goûts d’Île de Beauté et aux recettes street food. Un joli décor, un comptoir, quelques tabourets et, en star du show, le migliacci, ce petit pain rond cuit au four dans son fromage de chèvre ou de brebis. Et puisque ces Corses savent se montrer obstinés lorsqu’il le faut, ils ont même repris la recette de leur grand-mère et l’ont fait monter à Paris, malgré ses plus de 80 ans, pour superviser l’ouverture. En plus du migliacci traditionnel, A Machina s’aventure aussi sur des déclinaisons au bacon, ou encore aux poireaux, des sandwiches agrémentés de produits corses et, côté sucré, des falculelles, une espèce de gros cookie tendre avec du brocciu, ou un fiadone, un “cheesecake” corse. Avec tous ces arguments pour lui, A Machina joue à merveille la partition de l’apéro estival, accompagnant sa carte bien troussée de vins corses, hexagonaux et internationaux, ainsi que de planches de charcut’ ou de fromage de chez eux. Au comptoir, près d’une façade grande ouverte sur une rue déjà en été, Gustave admire ces Corses têtus qui poursuivent sans relâche leur délicieux projet. Avec un peu de chance, il s’en inspirera.

Rosalie

A Machina

A Machina
30, rue Dauphine, 75006 Paris
Migliacci à 5€, verres de vin autour de 6€  
Ouvert du lundi au samedi de 11h à 2h
En service continue et de 18h à 2h le dimanche

Dans la même catégorie

afficher plus d’articles v