• lire l'article v

Mais pourquoi diable aime-t-il tant le foot ?

zen

Gustave aime le football et il l’aime d’amour, au point que vous soyez aujourd’hui obligée d’admettre que le ballon se trouve être l’autre grande histoire dans la vie de votre moitié.

Il faut dire qu'un ballon, c’est cool. Prenez Tom Hanks dans Seul au monde. Le type est perdu sur une île déserte, à des milliers de kilomètres de sa famille, sans même un briquet pour faire du feu la nuit et avec quoi passe-t-il le plus clair de son temps ? Avec un ballon. Pour qui pleure-t-il ? Pour sa femme si loin de lui ? Non. Pour les enfants qu’il n’aura jamais ? Non. Pour cette dent qu’il est obligé de s’arracher avec une lame de patin à glace ? Même pas. Il pleure pour son ballon perdu dans l’océan. Rien dans l’univers n’est aussi précieux que le ballon d’un garçon.

Taper dedans, c’est comme envoyer un morceau de soi au-dessus de la maison du voisin, en plein dans la fenêtre de la bagnole, sous les jupes de filles. Un ballon, c’est une extension de Gustave qui, au moyen d’un simple coup de pied, pourrait s’envoler partout où il craint d’aller. Un ballon, c’est un éclaireur. C’est rond, en cuir, simple. Tant que les enfants tapent dans des ballons, c’est que rien n’est tout à fait perdu.

Rosalie

PS : marche aussi avec le tennis, basket etc…

Dans la même catégorie

afficher plus d’articles v